"

Texte écrit par Peretz Green

Traduction de langlais en français par Solly Kamkhaji

 

 

Le Projet Composite

 

Introduction

 

En quoi nous croyons, nous de la Troisième et dernière Rédemption, le Geula Shleima

 
19 avril 2017: Beersheva

 

Nous sommes, nous de la Troisième et dernière Rédemption, des Juifs, des ex-Chrétiens, des Musulmans, des anciens païens et des anciens pécheurs. Nous croyons en Dieu Tout-Puissant Créateur des Cieux et de la Terre. Tout ce qui existe dans l'univers entier n'existé pas jusqu'à ce que le Créateur, qu'il soit Béni, l'ait fait exister par Sa volonté et dans Sa parole. Seul le Créateur Lui-même, Béni soit-Il, n'a pas été créé ou mis en existence. Dans l'éternité Il était et dans l'éternité Il est et pour l'éternité Il sera. Après la création des cieux et de la terre, nous parlons du passé, du présent et du futur. En vérité, cependant, le temps lui-même est Sa création. Par conséquent, Son existence est au-dessus du passé, du présent et du futur. Ce n'est pas au niveau de la compréhension humaine de percevoir ce concept. Nous croyons en cela, comme écrit dans la Sainte Torah: "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre" (Genèse, 1: 1).

Pour respect, en parlant de Dieu Tout-Puissant nous utilisons le genre masculin, mais en vérité, Il n'est ni un homme ni une femme. Il est au-dessus du genre, au-dessus de n'importe quelle forme. Par conséquent, tout service proposé dans la prière ou dans la pensée à l'image de tout ce qui fait partie de la création est un service idolâtre à d'autres dieux, comme s'il y avait quelque chose d'autre dans l'univers digne d'être servi comme Dieu. Dans la Torah, par conséquent, arrive le Deuxième Commandement pour nous interdire de servir d'autres dieux. Le Deuxième Commandement reflète la vérité de 'Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre'. Les Premiers Commandements reflètent l'intervention de Dieu Tout-Puissant dans l'histoire pour racheter l'humanité des forces du mal qui la renversent, qui l'asservissent et l'enseignent à servir d'autres dieux. Les 13 tribus de Jacob, appelées Israël, ont été choisies pour être le modèle" dans la manifestation de Dieu en tant que Rédempteur de l'humanité. Car Dieu, dans Son grand amour pour Abraham, lui promit d'abord Sa bénédiction à ses descendants et ensuite à toutes les nations du monde pour lesquelles Abraham serait devenu le père d'une multitude de nations.

L'amour d'Abraham pour le Dieu Tout-Puissant était très grand et le Seigneur, pour lui donner de grands mérites, mit Abraham à travers dix épreuves et Abraham prouva en chacun d'elles son immense amour et sa grande foi. Abraham fut ainsi béni et dans cette bénédiction, Dieu voulut lui donner Son puissant don appelé Kedousha, la Sainteté. Lépreuve requise pour cette sanctification fut accomplie en lui ordonnant de sacrifier a Dieu son fils bien-aimé, Isaac. Abraham passa cet essai mais Dieu intervenait: Isaac fut sauvé de lautel et la bénédiction et la sanctification furent ainsi a lui transmises.

Le fils d'Isaac, Jacob, fut l'héritier de cette bénédiction et de cette sainteté, et à lui fut ajoutée la tourmente de la souffrance humaine à cause des mauvais penchants de l'humanité. Jacob soufra dune épreuve a lautre, mais il fut vainqueur et a lui furent ajoutées des pouvoirs de force physique et spirituelle donnes par Dieu, et ainsi ses 12 (et ensuite 13 fils) furent enrichies de la Bénédiction d'Abraham, de la Sainteté d'Isaac et de Pouvoirs donnes par Dieu a leur père Jacob.

En tant qu'élèves du Goel choisi, Haim, nous croyons qu'il existe une relation inhérente entre les Trois Patriarches, le Triple Nom révélé à Moïse au Sinaï (EHEYE ASHER EHEYE), les Trois Exilés, les Trois Rédemptions et les Trois Hommes de la Geula, Moïse, Jésus et Haim (Bien que Mordechai ha-Tzadik soit le deuxième Goël d'Israël, le Messianisme universaliste de Yeshua se réfère à la Geula Universelle pas Shleima), ainsi que les trois périodes de Moïse de 40 jours et 40 nuits sur le Sinaï. Ces questions sont expliquées en détail dans le Livre Shoshanat Mishnat Haim et formulées dans ce quon appelle " La Triple Méditation"

En parlant de choses en lesquelles nous croyons, nous de la Troisième et dernière Rédemption, nous devons mentionner quelques points essentiels en lesquelles, au contraire, nous ne croyons pas.

Nous ne croyons pas qu'il existent des émanations de Dieu avant ou après la Création des cieux et de la terre, telle est la croyance du livre du Zohar et de toute la fausse Kabbale qui en dérive (spécialement dans les derniers 450 de Tzephat) . L'émanation est une erreur fondamentale dans la plupart des fausses doctrines théologiques, a partir des 10 dieux de l'Égypte (les Ennéade = 9 dieux au-dessus et Pharaon, le 10ème dieu sur terre), pour arriver enfin aux mondes émanés de Bouddha, au Logos de l'Evangile de Jean.

Nous croyons que Dieu Tout-Puissant est le seul Créateur de l'univers. Béni soit Celui Qui dit et le monde fut. Cela parce que les choses nétaient pas encore en existence mais ils le devinrent à travers Son décret. La "Parole" de l'Évangile de Jean a mélange à tort la parole de Dieu avec Jésus-Christ, en créant ainsi la fausse déification du pauvre Messie, fils de Joseph, le Christianisme théologique. A travers la Parole de Dieu, tout est créé par Lui. Avant la Parole de Dieu, seul Lui existe-Il. Nous ne sommes pas autorisés à essayer de comprendre ce qui était avant Sa création, sauf à croire en Son existence éternelle avant la Création et après la Création.

Si l'on tente d'expliquer des "niveaux" en Dieu avant la création, une telle pensée sera une déviation de la vraie foi monothéiste et ne créera que d'autres dieux devant Sa Face (Exode, 20: 2), déviation interdite par le Deuxième Commandement. La pensée humaine ne peut pas atteindre ce qui est d'un domaine totalement inconnu, supérieur et complètement en dehors et au dessus de l'intelligence humaine.

Le Tout-Puissant a également créé d'autres mondes avant ce monde, en les créant et en les détruisant. Tout cela est dans le cadre de "Béni soit Celui Qui dit et le monde fut" et ainsi Il peut dire et il est créé et Il peut dire qu'il soit détruit ou qu'il n'existe plus. Nous avons aussi l'enseignement du Tzadik Haïm selon lequel ces autres mondes étaient dans le cadre des cieux et de la terre, mais les "positions" des étoiles étaient différentes pour chaque monde. Néanmoins, les cieux et la terre ont des millions d'années, comme il a été dit dans les mots et la terre était tohu va vohu (Genèse, 1:2), au passé. Mis à part le vrai monothéisme du vrai Judaïsme (qui exclut la fausse foi de la doctrine de l'émanation), seul le vrai Islam Sunnite maintient la même foi monothéiste (ce qui exclut les doctrines mystiques de l'islam chiite). La foi monothéiste de base du Coran est la foi monothéiste pure d'Abraham, notre père, au mérite d'Ismaël, fils d'Abraham. Le principal reçu est que les Juifs ont la Torah et les Musulmans ont le Coran et donc il n'y a pas de raison de conflit; Les Juifs suivent la Halakha et les Musulmans suivent la Shari'a et cela est acceptable. Les principales corrections des Juifs et des Musulmans concernent les attitudes injustes, les Juifs pour leur tendance non universelle et les Musulmans pour leur tendance à l'exclusion, contre tous ceux qui ne sont pas Musulmans. Presque toutes les "Autres Questions" des Nouvelles Choses de la Rédemption Finale sont aussi nouvelles pour le Judaïsme que pour l'Islam.

La question de la Mission Messianique de Jésus est nouvelle pour les Juifs, Musulmans et Chrétiens, mais pour l'Islam c'est moins problématique puisque 1) L'Islam considère déjà Jésus comme un Prophète spécial de Dieu, niant la doctrine du Fils de Dieu 2) la question du Messianisme n'est pas vraiment pertinent pour l'Islam; même Mahomet est considéré comme un prophète en tant que Messager de Dieu, sans connotations messianiques et sans non plus prédiction prophétique.

Juifs et chrétiens, cependant, ont besoin des nouvelles et vraies explications de la Mission Messianique du Christ. Jésus est appelé le deuxième homme de la rédemption entre Moïse et Haim. Jésus a été le Bélier sacrifié à la place d'Isaac. Ce fait fournit une visualisation entièrement nouvelle de la place de Jésus dans l'histoire. Le cœur, l'essence même de sa mission fut son sacrifice. Cela doit être pris en compte parce que c'est l'aspect le plus essentiel de sa mission entière, pas le fait de son être de l'École des Esséniens, ni ses discours et enseignements, ni les guérisons qu'il a accompli, ni même sa résurrection. Les mots les plus importants de Jésus sont les mots par lui dites à son dernier moment sur la croix: "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné?" (Matthieu 27: 46)

Jésus, même dans sa mort, fut l'Agneau sacrifié de Dieu. Le mérite de son être Messianique pendant 2000 ans lui a été attribue pour son sacrifice qui est resté dans le temps avec son affirmation "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné?", affirmation qui est resté dans toutes ces 2000 années.

Expliquons ce point de la manière la plus brève possible: même dans le Pré-Royaume des Cieux présidé par Jésus (comme expliqué dans le dernier message concernant sa Mission historique), personne de Jésus a été totalement falsifiée par le Christianisme théologique. Jésus lui-même, même en tant que Messie, dut supporter les faussetés idolâtres de la croyance chrétienne et néanmoins, accomplir tout ce qu'il était capable d'accomplir, sans avoir la possibilité de corriger cette grande erreur de déification. C'était comme si, tout en étant le second élu de la Rédemption, il fut, pour ainsi dire, abandonné par Dieu, forcé d'être dans la fausse théologie de lidolâtrie chrétienne: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné?"?

Jésus, même dans sa mort, fut l'Agneau sacrifié de Dieu. Le mérite de son être Messianique pendant 2000 ans eau lieu parce que son sacrifice est resté dans le temps et donc son affirmation, Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné?", est resté dans toutes ces 2000 années.

Nous avons le Signe selon lequel le Tzadik Haïm est appelé, dans son dernier sacrifice, l'Agneau (ou "seh" de Dieu) en vertu de ce sacrifice. Les connotations, cependant, sont différentes on comparaison a la même expression utilisée en ce qui concerne Jésus. La Geula Shleima n'est pas en vertu de ce sacrifice; ce dernier sacrifice terrible a permis à la Rédemption Finale d'être révélée pour le monde au temps où elle a été révélée, mais la Geula Shleima est l'accomplissement de la promesse de Dieu à tous les Prophètes. Le fait que ce sacrifice a du être accompli pour la Rédemption Finale est vrai, mais seulement parce qu'il n'y a pas eu plus de mérite dans le monde qui aurait pu permettre a la Rédemption de venir même sans ce sacrifice. En tout cas, ce sacrifice ne doit pas être considéré comme une partie" de la Geula Shleima, mais plutôt comme seulement une malheureuse "condition requise" qui vint. Au contraire, dans le cas de Jésus, son sacrifice fut l'essence même de ce messianisme.

Le sacrifice du Tzadik Haim a eu d'autres buts essentiels dans la préparation du monde pour la Grande et Terrible Quatrième Génération qui précède la Rédemption actuelle. Un décret aux proportions épouvantables fut annulé par la souffrance et la mort du Tzadik Haim qui permit alors 35 ans de relative clémence avant les 30 ans de la Grande et Terrible Période où le Tout-Puissant nettoie la face de la terre de ses maux. Cela nous a également donné la possibilité de préparer le Sefer Shoshanat Mishnat Haim afin qu'il soit prêt pour le monde. Il est également vrai que la souffrance du Chef Caché des 36 Tzadikim Cachés fut si terrible qu'il sortit un décret devant Dieu pour lequel les 36 Tzadikim Cachés n'auraient plus pris sur eux mêmes les décrets du Tribunal Supérieur. Ensuite, toute "l'institution" des 36 Tzadikim Cachés finit et commença ainsi la nouvelle Institution des 250 Tzadikim Cachés qui vivent dans leur foi. En dehors de tout cela, le Seh Ha-Elohim représente un niveau extrêmement élevé de l'amour de Dieu Tout-Puissant pour le Tzadik Haïm en vertu de ce sacrifice.

Eh bien alors, en quoi croyons-nous de la Rédemption finale? Nous croyons, bien sûr, à toutes les vérités de l'histoire passée d'Israël comme elles apparaissent dans la Sainte Torah et dans la Tradition. Ceci en général. Nous croyons aux patriarches Abraham, Isaac et Jacob, dans la Rédemption d'Égypte opère par le Dieu d'Israël, nous croyons a la Révélation des Dix Commandements et de la Torah à Moïse, nous croyons de même au Grand Sacerdoce d'Aharon, a la Mission de Yehoshua bin Nun, celle d'être le Chef des fils d'Israël dans les conquêtes de la terre d'Israël, nous croyons aussi au fait que Saül fut le premier Roi d'Israël, a la royauté de David, au premier Temple construit par Salomon, a la scission entre le Royaume de Juda et le Royaume d'Israël, au Prophète Élie et a sa monte aux cieux sans connaître la mort, nous croyons de même aux Prophètes d'Israël, a la Rédemption de Pourim, au Second Temple, aux miracles de Hhanuca, etc. Nous croyons en la nouvellement histoire apprise de l'école des Esséniens, au fait que Jésus fut dans cette école pendant trois ans et à sa tragique mission messianique. Nous croyons de même en toutes les Nouvelles Choses de la Troisième Rédemption Finale, en vertu du choisi troisième et dernier Goel Haim, Nouvelles Choses qui nous ont été envoyés en termes des 6 Grands Signes Complétés, Signe des Etoiles, Signe du Juge Oint du Royaume des Cieux, Signe de la Nouvelle Lumière de Hhanucat ha-Hhanucot, Signe de l'Âne qui mange le Pain, Signe de la Quatrième Génération et de la Nouvelle Construction, Signe de la Résurrection du Tzadik Haim dans le Signe Final de la Résurrection des Morts.

En ce qui concerne les détails de la Tradition Talmudique, il ni a pas une claire division on ce que "lon croi. Les Sages eux-mêmes, de mémoire bénie, avaient leurs propres opinions sur chaque sujet et ne croyaient donc pas à toutes les autres opinions. Néanmoins, nous croyons en général à la Tradition Orale des Hachamim. Pour certaines catégories, on peut utiliser le principe "eilu ve-eilu divrei Elohim Haim", "ces (opinions) ainsi que ces (opinions) sont de la vraie Tradition de Dieu", comme le principe "shevim panim la-Torah"- il y a soixante-dix (vrai) modes d'explication de la Torah.

Quand, cependant, nous entrons dans le domaine de la croyance Messianique, la question est plus compliquée. Dans ce domaine, il existe des différences essentielles qui entrent en jeu. Ca ne peut pas être autrement. La Tradition est pleine de l'attente messianique du Mashiah ben David, attente autour de laquelle sont liés des nombreux concepts de la Rédemption: Geula Shleima, Universalisme, Résurrection, le Troisième Temple, etc. Le fait est que ces questions sont une partie intrinsèque des choses desquelles parle la prophétie (48) d'Isaïe, de choses complètement nouvelles que les Sages n'ont pas connues et dont ils n'ont pas entendu parler. Il est donc essentiel de comprendre que ces questions lies a la Rédemption et au messianisme sont complètement différentes de ce que l'on pensait dans la Tradition. En vérité la spéculation messianique des Sages, que leur mémoire soit bénie, (comme expliqué dans "Hilchot Melachim" du Rambam, la paix soit avec lui, voir La Nouvelle Lumière du Rambam) est simplement "spéculation" et est ainsi fausse et confuse et conduit seulement à de nouvelles contre-vérités et à une plus grande confusion avec le temps, jusqu'à ce que sont révélés les Signes Finaux de la Geula Shleima.

Il resta néanmoins dans la mentalité juive traditionnelle la nécessité historique de la croyance au Messie ben David comme de la croyance a larrivé de la Geula Shleima. Cela n'aurait pas pu être manquant; les prophéties sont remplies d'allusions messianiques et rédemptrices et représentaient aussi l'espoir juif d'un avenir bien meilleur par rapport à toutes les vicissitudes auxquelles les Juifs ont été soumis au long de toute leur histoire. La croyance juive fut aussi une barrière de solidité entre les confins de la foi juive qui contrastait la foi exagérée et déviante créée autour de Jésus.

Cela est prouvé par la bénédiction que j'ai reçu en Israël en 1990 dans un rêve: "Béni sois-Tu, Seigneur, notre Dieu Qui a séparé Israël dans son concept et sanctification du terme "mashiah" par rapport aux concepts et aux "sanctifications" de ce terme par des nations". Ce terme, donc, malgré l'immense confusion quil a crée, a du exister pour des raisons historiques.

La confusion, néanmoins, est grande. Où le prophète Elie se trouve dans l'annonce de la Geula Shleima de Malachie? Si le Mashiah ben Yosef doit venir devant le Mashiah ben David, pourquoi les juifs ne prient pas pour la venue de Mashiah ben Yosef? Nous n'avons pas besoin de prendre cette confusion mais plutôt d'expliquer notre croyance après la venue du Goel Haim qui répond à toutes les questions. Tout d'abord il a été complètement inconnu au monde juif que le Goel choisi de la Geula Shleima n'est pas le Mashiah ben David et le Mashiah n'est pas le Goel et de meme le fait que le Goel est d'un niveau complètement supérieur. Ce fait déchire mille couches de la confusion précédente, bien qu'il doive être expliqué.

Les explications dont nous parlons depuis 34 ans dans nos écrits sont facilitées par la terminologie du Christianisme. Entre les raisons pour lesquelles le Christianisme et la Mission de Jésus ont du exister, on trouve le fait que cette dernière portait en elle le concept du Royaume de Cieux. Ce concept devait se trouver dans le monde avant le temps de son achèvement dans la Rédemption Finale. Le Christianisme vit au monde sur la force de ce Signe du Royaume des Cieux avec la Résurrection de Jésus. Le Royaume des Cieux dans le Christianisme est un 'Royaume' et par conséquent il a son 'Roi' = Christus Rex. Cette idée de Royaume" ne se trouve pas dans la Tradition Juive.

La vérité de la plus haut Récompense dans le monde à venir est bien sur connue, mais pas le concept dun Royaume dont le Goel choisi est Responsable. De même pour lidée d'un Royaume des Cieux qui descend dans le monde: cette idée est absente du Judaïsme. En fait, la descente est un concept double, au début elle est représentative de la Quatrième Génération, du Jour du Seigneur, le Grand et le Terrible, du temps du Jugement de Dieu de toute lhumanité et ensuite tout cela vient pour rendre le monde suffisamment pur pour pouvoir recevoir la descente du Royaume des Cieux. Dans le Christianisme, néanmoins, le concept reste au-dessus. Jésus, ressuscité, monte pour être le Roi du Royaume des Cieux et Jésus, pour les Chrétiens, représente la "liaison" des deux mondes, à la fois pour ceux dans ce monde et pour les âmes dans le prochain. Cependant, le Royaume des Cieux en référence à Jésus n'était pas, en vérité, le Royaume achevé et n'était qu'un pré-Royaume des Cieux et la position entière de Jésus était incomplète parce qu'on le croyait erronément comme le 'Logos Déifié de Dieu', le "Fils de Dieu" dans un sens littéral.

Par conséquent, la 'Descente' du Royaume des Cieux, dans cadre positif et final de la Rédemption, d'un Arbre de Vie sur terre et finalement d'une Liaison qui donnera lieu à la Résurrection des Morts, nest pas partie du Christianisme, alors que sagit-il de l'hérédité du Royaume des Cieux complet et présidé par le Goel Final choisi avec le Signe Complet de la Résurrection du Tzadik Haïm dans le Signe Complet de la Résurrection des Morts. Ceci représente la Grande Foi de la Troisième Rédemption Finale, inconnue auparavant par les Sages d'Israël dans sa Tradition révélée.

Avec cette Grande Foi dans la Résurrection du Tzadik Haïm et dans son être à la tête du Royaume du Royaume, tous les autres Nouvelles Choses de la Geula Shleima peuvent être ainsi reçues et ont peut croire en elles. Grâce a cette position du Goel Haim, le peuple dIsraël comprendra que ce nest pas le Mashiach ben David qui porte la Geula Shleima mais le Juge Oint du Royaume des Cieux qui dirige à partir de là les Signes Complets. De cette manière, les Signes Complets descendent dans le monde. Ils peuvent être étudies et compris et ils seront réalisés physiquement a leur moment. Cela comprend la prophétisée Maison de Prière des 7 étages, les 13 Auteuils de Prière et le Tapis de lIslam, le Nouveau Rite, les Signes de l'Âne qui mange le Pain et du Cheval Blanc et les Ecoles de la Rédemption Finale.

Nous croyons en la Nouvelle Loi de la Geula ha-Shleima. La Halacha ou la Tradition Rabbinique dérive de la Kedousha de la Tradition Orale de la Torah. Le Kedousha est une élévation séparée devant le Saint Qu'Il Soit Beni (Ha-Kadosh Baruch Hu). La récompense spéciale des Juifs commandé dans la Torah vient de leur application et dans leur étude de la Torah ou de l'accomplissement de ses commandements, comme ils ont été évalués dans la Tradition Orale. Cette application et ce étude faits au nom et avec l'intention d'accomplir la volonté de Dieu devient 'sanctifiée' devant le Ciel. Ceci est lhérédité sanctifie dIsraël, et toutes actions, quil sagitil de létude, de laccomplissement des commandements ou des prières a Dieu (considérée aussi des actions) ont leur récompense dans ce monde et pour la neshama (âme) dans le monde suivant après la mort. La récompense dans ce monde est appelée bénédiction (beracha). La récompense pour l'âme (Neshama) dans l'autre monde est en termes de niveau (darga ou madreiga). La Loi Orale dont le Talmud est l'exposant le plus important est particulièrement impliquée dans la distinction entre ce qui est Mideoraita (commandé par la Torah elle-même) et ce qui est Miderabbanan (commandé par les Sages et les Rabbins). Ce sont deux niveaux dans la Sainteté des mitsvot (commandements). Une telle distinction est pour la compréhension, non pas pour rendre les lois Miderabbanan moins importantes que les lois Mideoraita. La gravité en transgressant une Loi de la Torah ou une Loi rabbinique est différente, mais les deux sont considérés comme une transgression.

En tout cas, l'hérédité spéciale du peuple Juif réside dans la possibilité d'accomplir la volonté de Dieu Tout-Puissant dans le cadre et avec les bonnes intentions devant Dieu de la Torah Écrite et de la Tradition Orale. Il est important de comprendre que toutes les Lois de la Torah ne peuvent être prises et appliquées que par la Tradition Orale puisque, par la Torah elle-même, on ne saurait pas 1) les mesures d'une loi donnée 2) la manière d'appliquer une loi 3) les conditions dans lesquelles une loi donnée doit être accomplie. Laissez-nous prendre pour exemple le commandement de la Torah 'de les lier devant vos yeux (Deut 6: 8) comme un signe dans votre main et comme des signes devant vos yeux '. C'est le commandement de Tefillin (phylactères) mais de la Torah elle-même, nous ne aurions su sur ces Tefillin, ce qu'ils sont, comment ils doivent être faits et quand ils doivent être utilisés. Dans ce cas, la Tradition Orale des Sages élucide la tradition orale reçue directement par Moïse, notre maitre, au Sinaï. Si ce n'etait pas pour la Tradition Orale des Sages, nous ne saurions pas comment accomplir ce commandement. La Tradition Orale est une Tradition Sanctifiée qui va de pair avec la Tradition Écrite et vous ne pouvez pas avoir l'un sans l'autre. Rappelez-vous de cet exemple de Tefillin. J'y reviendrai en discutant notre croyance en la Nouvelle Sainteté de la Geula Shleima. Accomplir un commandement avec la juste 'intention' est généralement appelé 'le-shem shammaim' littéralement 'pour l'amour du Ciel'. Si un Juif étudie la Torah parce qu'il désire être honoré par d'autres ou s'il exerce ses compétences religieuses ou s'il étudie la Torah pour montrer aux autres son haut niveau de religiosité ou encore sil etudie la Torah pour gagner de l'argent, tous ces exemples ne sont pas de bonnes intentions 'le-shem shammaim' et il n'y a pas de récompense pour eux. Jésus, à son époque, fut catégorique en dénonçant un tel service falsifié à Dieu Tout-Puissant. Il existent des conditions sans lesquelles est impossible chaque vraie sanctification; une personne doit avoir un bon cœur et un bon comportement humble (derech eretz) vis-à-vis des autres. Si l'on est arrogant, on traite mal les autres ou on les regarde et considère comme inférieurs à nous etc., tout ce que on pense de faire comme achèvement de la volonte de Dieu ne sera pas accepté et aucune vrai sainteté ne s'attachera a nous. Quand les Musulmans sont dans leurs pensées et attitudes appropriées, en particulier en ce qui concerne les Juifs et Israël, il y a un certain niveau de Sainteté dont il y a une bénédiction et une récompense aussi pour l'autre monde. Le Signes Complets de la Rédemption Finale respectent donc les Musulmans qui suivent le Coran et la Loi de la Shaari'aa et qui ont de bonnes pensées positives pour Israël (en ce qui regarde un monde supérieur pour les Musulmans voir le rêve de Rebecca Trinidad - Rêve 126).

En ce qui concerne les chrétiens traditionnels, il n'est pas question de aucune vraie Sainteté mais il y a des niveaux de 'grâce' devant Dieu Tout-Puissant pour leurs bonnes actions, leur bon cœur, leur générosité, leur miséricorde et leur compassion pour les autres. Comme dans le cas des Musulmans, ils ne doivent pas haïr le peuple juif ni haïr Israël afin d'avoir une récompense pour leurs actions et leurs sentiments. En tout cas, si il y a un niveau de sanctification concernant le Coran et la Loi de la Charia, il n'y a aucune sanctification pour le Nouveau Testament Chrétien a cause des ses faussetés théologiques. La 'grâce' accordée aux bons Chrétiens, cependant, est enracinée dans les enseignements de Jésus qui sont aussi vrais que les vrais enseignements de la Torah. Il n'y a absolument aucune 'grâce' pour la croyance d'un chrétien dans la Trinité ou littéralement pour la croyance dans l'être Jésus le Fils de Dieu ou les cultes idolâtres de Marie ou des Saints chrétiens. La 'grâce' vient pour des actes bien-aimés avec d'autres personnes et pour un cœur rempli d'amour pour les veuves, les malades, les personnes souffrantes, les orphelins et les pauvres. Ces actions et sentiments sont aimés devant Dieu Tout-Puissant et en vertu du sacrifice de Jésus, ils ont une place dans le Pré-Royaume des Cieux dans lequel le Christ a présidé jusqu'à la venue du Goel Final et du Royaume des Cieux Complete. Cette 'grâce' reste encore, mais le temps historique de la Rédemption Finale ne permet plus un pré-Royaume des Cieux et tout est dans un état de changement, de sorte que le monde entier se réadaptera aux conditions de la Geula Shleima. Jésus lui-même a été élevé dans le Royaume des Cieux Complete au moyen de la Correction Finalisée du Christianisme et des explications de sa véritable Mission Messianique. On ne peut pas dire plus que ca parce que nous ne pouvons pas voir comment les choses se passent dans l'autre monde. Les Chrétiens croient qu'ils sont de la foi monothéiste en disant qu'ils croient en la Trinité mais que la Trinité est Une. C'est une fausse doctrine et bien qu'ils croient en 'Dieu le Père', il sagît d'une foi associée' qui n'est pas la vraie foi monothéiste du Deuxième Commandement et de toute la Tradition. Par conséquent, il n'y a absolument aucune sainteté sacré dans cette fausse croyance idolâtre. De même leur croyance en la Bible est totalement entachée par la fausse théologie et il n'y a pas de sanctification dans leur croyance en elle. Néanmoins, il y a une grâce dans cette croyance et ils apprennent beaucoup des choses importants dans la Bible comme la choix de Dieu envers les Patriarches et Moise, la Rédemption de lEgypte, la Révélation au Sinaï, et la Manne dans le désert, etc. Ce fait vient par la grâce de Dieu Tout-Puissant envers les Chrétiens grâce a de la Mission Messianique de Jésus. Nous avons dit que les Musulmans possèdent un certain niveau de sainteté du Coran et de la Chaaria, mais cela aussi à la condition qu'ils reconnaissent la Torah d'Israël a Israël. S'ils croient que seul le Coran est valide et saint et non la Torah, il n'y aucune sanctification dans tout ce qu'ils disent ou font. Nous, de la Geula Shleima, croyons à la Kedousha ha-Hhadasha, la Nouvelle Sainteté de la Rédemption Finale. Cette Nouvelle Sainteté dérive de la Sainteté de la Sainte Torah et de la sainteté de la Tradition Orale. La Nouvelle Sainteté est nécessaire puisque la Geula Shleima est remplie de Choses Nouvelles, inconnues et jamais entendues auparavant par les Sages d'Israël. Leur Sanctification dans la Tradition Orale couvre tout ce qui leur était connu, et non pas ce qui leur était inconnu.

Ils ne pouvaient pas sanctifier le concept ou la croyance en le choisi Juge Oint du Royaume des Cieux qu'ils ne connaissaient pas et ne pouvaient pas sanctifier de même le Troisième et Dernier Temple des 7 Étages, 13 Autels de Prière et le Tapis de l'Islam. Ils ne pouvaient pas parler et sanctifier le Livre des Etoiles d'Abraham, notre père, puisqu'ils n'avaient aucune connaissance de son existence et ils ne pouvaient pas sanctifier non plus la différence entre le Mashiah et le Goel parce qu'ils ne le connaissent pas. Ils savaient qu'il y aurait finalement la Résurrection des Morts mais pas que le Goël lui-même mourrait et ressusciterait dans le Royaume des Cieux afin de guider la Geula Shleima dans le monde jusqu'à l'époque de la Résurrection Prophétisée (Ézéchiel, 37 ) et donc ils ne pouvaient pas sanctifier le Signe de la Résurrection. Il ne faisait pas partie de leur terminologie de parler des Signes Complétés de la Geula Shleima. Ils n'avaient aucune idée que, puisque le Goel Final serait dans le Royaume des Cieux, l'âne et le poulain sur lesquels il montait faisaient partie des Signes Complétés de lÂne qui mange le Pain de la Rédemption finale. Toutes ces Choses Nouvelles exigent qu'une Nouvelle Sainteté descende de Dieu Tout-Puissant afin qu'elles soient dans le cadre sacré de tout ce qui a été sanctifié par la Loi Écrite et la Loi Orale. Il doit y avoir une Nouvelle Sainteté pour les Études des Étoiles de la Rédemption, pour ce qui concerne le Goel Final dans le Royaume des Cieux, pour la Maison de Prière de la Geula Shleima, pour les Signes de l'Âne qui mange le Pain, pour les prophéties concernant la Quatrième Génération et pour le Signe de la Résurrection du Tzadik Haïm. Puisque toutes ces choses sont de Nouvelles Choses, il faut aussi que les Nouvelles Lois de la Rédemption Finale les couvrent et les expliquent. Pour la Nouvelle Loi, il doit y avoir un Nouveau Tribunal qui soit capable de juger ce qui se rapporte aux Nouvelles Choses de la Rédemption Finale, tout en étant capable de juger aussi ce qui appartient à la Tradition entière. Il doit connaître la Sainteté telle qu'elle est connue dans le passé, tout en connaissant la Nouvelle Sainteté de la Geula Shleima. Le Nouveau Tribunal s'appelle le Tribunal de Mordechai Ha-Tzadik. Dans la Nouvelle Maison de Prière, il y a la Nouvelle Prêtrise pour les Nouveaux Autels de Prière et le Goel Haïm est responsable de la Nouvelle Sainteté de la Nouvelle Prêtrise et il est appelé le Juge oint du Royaume des Cieux. Tous les Nouveaux Prêtres et prêtresses seront sous la 'Onction' et l'autorité du Juge Oint du Royaume des Cieux. De cette façon, la Prêtrise restera juste et elle ne se faiblira pas et ne tombera pas dans la corruption parce que le Goel Haim les voit du Royaume des Cieux et il est au-dessus de la mort. Il envoie des corrections à ceux qui en ont besoin et si les corrections ne sont pas prises en compte, le sacerdoce leur est retiré.

Nous sommes, nous de la Rédemption Finale qui suivons la Nouvelle Loi (Hhok Hhadash) de la Geula Shleima exempts de ce qui est conçu comme Halacha le-Moshe mi-Sinaï (Lois reçues oralement par Moïse au Sinaï, telles que les Tefillin et certaines autres lois de mesures etc.) et nous sommes aussi exemptés des Lois Orales de la Mishna, du Talmud et des Poskim. La Nouvelle Loi est avec la connaissance La Nouvelle Loi est avec la connaissance de la Tradition entière mais il suffit de rester dans les limites de la Nouvelle Loi pour accomplir la volonté de Dieu Tout-Puissant. Le Calendrier Traditionnel du Judaïsme reste avec toutes les Fêtes Juives Traditionnelles, mais pour chacune il y a un Nouveau Rite dans la Nouvelle Sainteté de la Geula Shleima. Dans la première année des Signes Finaux (1983) arriva-til un rêve de miens (Peretz Green) qui a déterminé certaines questions de base de la Nouvelle Sainteté et de la raison pour laquelle les Tefillin ne font pas partie du Nouveau Rite. Dans ce rêve, le Tzadik Haim me remit le contrat de responsabilité pour la Nouvelle Maison de Prière de la Geula Shleima. Pour l'avoir accepté, je dus signer mon nom, ce que je fit. Le Goel Haim dit ensuite: "Dans 400 ans, entre 400 et 500 ans, les Tefillin ne seront plus utilisé dans la Synagogue Traditionnelle. "

Explication:
1) La Synagogue Traditionnelle continue dans les tempes.

2) La Nouvelle Sainteté de la Nouvelle Maison de Prière n'exige pas l'utilisation des Tefillin dans le Nouveau Rite.

3) En future, ils ne seront de même non plus utilisé dans la Synagogue Traditionnelle.

4) Ceci démontre que ce n'est pas correctement Mideoraita, sinon leurs utilisation ne pourrait pas devenir facultatif, même aussi âpres 400 ans, mais comme on le sait dans la Loi Orale - c'est Halacha le-Moshe mei-Sinaï.
5) Ceci nous enseigne qu'une Halacha le Moshe mi-Sinaï n'est pas comme si elle était Mideoraita et peut devenir

6) Le Nouveau Rite, dès son commencement, suit la Nouvelle Sainteté de laquelle les Tefillin sont pas partie.

7) LES MITZVOT DONT LECRITURE NÉCESSIT UNE SANCTIFICATION PARTICULIÈRE NE SERONT PAS PARTIE DE LA NOUVELLE SANCTITÉ, COMME les Tefillin, la Mezuza, le Sefer Torah, les Documents traditionnels tels que Kidushin pour les Mariages, Gets (Divorces) etc.

8) Les Mezuzot (rêve d'Anna Passalacqua) et les documents traditionnels auront une nouvelle forme dans le Nouveau Rite. Les Lois de l'écriture de la Torah sont de la Synagogue Traditionnelle. Les Tefillin ne se trouvent sont pas dans le Nouveau Rite. Le Talit est acheté à la Synagogue Traditionnelle. Les 4 Minim de Souccoth sont de même eux aussi achetées de la Synagogue Traditionnelle (rêve de Monsieur Banin).

9) Il doit y avoir qui est responsable du Nouveau Rite de la Maison de Prière et il sera choisi par le Goel Haïm.

10) La Nouvelle Loi ne dérive pas directement du Talmud mais est plutôt une Nouvelle Loi Orale en elle-même. Nous expliquons qu'elle dérive directement du "pouvoir" de la Mishna de Yehoshua bin Nun (la Tradition Orale originelle donnée à Yehoshua bin Nune par Moshe Rabbeinu). J'ai reçu directement du Tzadik Haim le "terme" Mishna de Yehoshua bin Nune. A présent nous ne decretons pas de nouvelles lois. Comme toutes les Nouvelles Choses de la Geula Shleima, nous les recevons par les Signes Complétés au moyen des Rêves de la Rédemption qui nous sont envoyés par le Goel Haim. Le fait que la nouvelle Souccah puisse être faite à l'intérieur de la maison sans schach, par exemple, a été reçue. De même que déclarer : "Merci à EL SHADDAI, EL SHADDAI est Grand, EL SHADDAI est Un", est égal à la mitsva de réciter le Shema Yisrael pour exprimer l'Unité de Dieu : cela aussi a été reçu.

Que la bénédiction du pain soit "Béni soit le Seigneur, notre Dieu, Qui bénit le pain qui sort de la terre" a été reçu. Qu'en tant que témoignages pour le 'mikveh' de la 'conversion' à l'Autel de Juda, 2 Juifs sont nécessaires tandis que, pour le 'mikveh' de conversion à l'Autel d'Ephraïm, 2 de ceux qui ont juré dans le Nouveau Pacte Final sont suffisants, tout ca a aussi été reçu.

Il en est de même pour toutes les Nouvelles Généralités de la Nouvelle Loi. Nous les recevons du Maître Haim qui est responsable de tout ca. Ensuite, à partir des généralités que nous pourrions avoir à procéder pour les définir, et cela concerne le fonctionnement du Nouveau Tribunal de la Rédemption de Mordechai ha-Tzadik. Ceci explique ce que l'on entend par la Nouvelle Tradition Orale de la Rédemption Finale.

11)) De cette manière, la Nouvelle Loi est dans les limites de la Tradition Orale mais n'est pas liée à la Mishna, au Talmud et aux Poskim de la Halakha Traditionnelle car nous ne la recevons pas deux mais par les Nouveaux Signes de la Rédemption Finale, Nouveaux Signes qui nous sont révélée dans les rêves par le Goel Haïm qui connaît toute la Tradition, Écrite et Orale.

12) Il doit être compris que la Nouvelle Loi est Universelle alors que la Halakha (Mishna, Talmud et Poskim) est seulement pour le peuple Juif. Cela change toute la perspective de la Nouvelle Loi.

13) La Nouvelle Loi doit fournir des Lois générales valables pour toutes les personnes, tandis que, en même temps, elle doit séparer entre les Auteuils parce que la la Kedousha Hhadasha diffère entre l'Autel du Prêtre Oint, l'Autel de Juda, l'Autel d'Ephraïm et l'Autel de Malchitzedek; ce sont 4 niveaux différents de Nouvelle Kedusha dans l'ordre décroissant.

14) Cela est le rêve de Solly que jai placé au Troisième Étage de notre prière matinale quotidienne: "Peretz ordonna aux deux portes, la porte de l'Autel de Malchitzedek et la porte de l'Autel du Prêtre Oint, de souvrir et ils se ouvrirent. Peretz ordonna ensuite à Solly de faire de même et Solly ordonna aux deux portes, la porte de l'Autel de Malchitzedek et la porte de l'Autel du Prêtre Oint, de souvrir et ils se ouvrirent aussi dans ce cas. ". - -

/////////////////////////////

Une Nouvelle Loi est nécessaire pour la Maison de Prière et pour toutes les Nouvelles Choses. Il n'y a rien de semblable dans la Halakha. La structure entière des 13 Autels de Prière et du Tapis de l'Islam est une nouveauté phénoménale auparavant inimaginable qui exige des Nouvelles Lois, des Nouveaux Rites, un nouveau Sacerdoce, une nouvelle Kedousha et un Nouvel Esprit.

Je voudrais rappeler en conclusion de cette Introduction un enseignement du Goël Haïm que j'ai reçu dans un rêve. Dans ce rêve Il expliquait: Ce qui est la substance essentielle de tout être humain est au-dessus de toute catégorie définie de Juif ou Chrétien ou Musulman ou autre. La substance de l'âme est plus élevée. L'âme de chaque personne est d'une substance élevée créée par Dieu et proche de Lui.

Ainsi est ce thème principal des Enseignements du Goel Haïm, tel que reçu par Solly Kamkhaji en rêve. Le Maître embrassa une multitude d'hommes rassemblés de partout dans le monde et a chaque étreinte dit a chacun avec un cœur plein d'amour :"Nous sommes tous de la même chair".

C'est ainsi que le Tzadik a toujours enseigné et c'est avec cette vue que le bien-aimé Maître Haim, choisi par Dieu Tout-Puissant comme le dernier Goël de toutes les nations, regarde chaque homme et chaque femme.